Histoire du Tarot divinatoire

Une origine floue Contrairement à ce que bon nombre de personnes le pensent, le tarot divinatoire n’est pas vraiment un support divinatoire très ancien. Toutefois, le tarot en soi l’est. Son introduction dans la société européenne date d’avant la découverte de l’Amérique (1492). Mais à l’époque, personne n’envisageait de l’utiliser comme un instrument ésotérique. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe Siècle, d’une manière précise en 1781, qu’il est apparu dans sa forme divinatoire. D’après plusieurs sources, le tarot a déjà existé plusieurs siècles avant son introduction dans la société européenne dans diverses sociétés asiatiques et maghrébines. Les pays les plus cités sont notamment l’Égypte, l’Inde, la Chine et le Maroc. Au début du XVe Siècle, les jeux de cartes commencent à se populariser dans la Péninsule italienne. Il est donc très probable que le tarot européen vient du Maghreb, du fait de la proximité de cette sous-région à l’Italie. Un bon nombre de spécialistes en arts ésotériques en France partagent cette hypothèse. Cette question pourrait être résolue depuis longtemps si l’on était arrivé à trouver l’origine du mot « tarot ». Jusqu’à aujourd’hui, ce mystère n’est pas encore résolu. Les chercheurs se partagent notamment entre l’hébreu, l’égyptien, le latin et l’italien. Intérêt occulte en progression depuis 1781 Avant la fin du XVIIIe siècle, les cartes n’étaient reconnues que comme des instruments des jeux. Aucun écrit sur les arts occultes datant de cette époque ne mentionne l’utilisation du tarot comme des outils divinatoires. Des manuscrits chrétiens permettent toutefois de confirmer que les tarots ont déjà existé à cette époque. Ils parlent des sanctions infligées aux individus qui utilisent les cartes comme des instruments de jeux d’argent. Ce qui semble donc dire que le tarot ne disposait pas encore d’intérêt ésotérique. Les premiers écrits concernant l’utilisation divinatoire du tarot datent de la fin du XVIIIe siècle. Ils proviennent de Court de Gébelin et du Comte de Mellet. Ces derniers sont les premiers à oser révéler l’intérêt ésotérique du tarot. Après la publication du premier ouvrage sur le tarot divinatoire, l’intérêt occulte pour les cartes n’a cessé de se développer. Beaucoup d’imprimeurs se sont enrichis rapidement en acceptant d’imprimer aussi bien des cartes religieuses que des cartes de jeux. À cette époque d’ailleurs, la mainmise de l’église sur le secteur de l’imprimerie a diminué aussi bien en France que dans le reste de l’Europe. Depuis, l’usage du tarot en tant qu’outil divinatoire est devenu chose courante. Un mélange de diverses cultures Pour un grand nombre de spécialistes d’arts divinatoires, on ne devrait pas attribuer l’origine du tarot à un seul pays ou à une seule région. En effet, les symboles qui s’affichent sur les cartes divinatoires font penser à une origine diverse. Ils font notamment rappeler la civilisation médiévale grecque, égyptienne, maghrébine, indienne et chinoise. Selon des chercheurs qui ont approfondi la question, le tarot pourrait être issu d’un mélange des philosophies anciennes est-européenne (notamment Grèce) et orientale. Ces théories sont toutefois contestables vu que certaines symboliques sont européennes et chrétiennes en ne citant que le Pape, la Papesse, le Roi, la Reine, le Chevalier et le Valet. Alors, d’où vient-il ? Ce dernier vient de divers pays et de diverses cultures. Il a connu diverses mutations avant de parvenir à ses formes actuelles. Si l’on tient compte de tout cela, on peut donc dire que le tarot de Marseille, la plus grande référence dans le cadre de la tarologie, n’est pas vraiment marseillais.

Nous contacter

Désolé, nous ne sommes pas disponibles pour le moment mais laissez-nous un message.

Une question ou besoin d'aide ? Nous sommes à votre service !

Cliquez sur ENTREE pour tchater